Signature de convention de partenariat entre le Département des Alpes-Maritimes, la CASA, Université Côte d’Azur et l’Université Laval

Senior | SMART Deal | Jeune | Innovation - Numérique | En visite dans le 06 | En situation de handicap | En famille | En activité

Mis en ligne le

Créer une alliance stratégique avec le Canada et y développer une coopération internationale et universitaire transatlantique dans le domaine de l’Intelligence Artificielle et du numérique

Image en taille réelle, .JPG 802Ko (fenêtre modale) © DR

Mercredi 27 mars 2019 à Québec, dans le cadre du Plan de transition numérique SMART Deal, Sophie D’Amours, Rectrice de l’Université Laval, Charles Ange Ginésy, Président du Département des Alpes-Maritimes, Jean-Marc Gambaudo, Président d’Université Côte d’Azur, et Jean-Pierre Mascarelli, Vice-président de la Communauté d’Agglomération Sophia-Antipolis représentant le Président Jean Leonetti, ont signé une convention de partenariat entre leurs quatre entités.

Ce partenariat vise à créer une alliance stratégique avec le Canada et d’y développer une coopération internationale et universitaire transatlantique dans le domaine de l’Intelligence Artificielle et du numérique. Cette collaboration permettra de développer la recherche sur ces deux sujets, ainsi que les applications et impacts sociétaux qui s’y associent, au travers d’échanges permanents, de sessions de travail et de rencontres.

Il s’inscrit dans la continuité des travaux que les quatre entités mènent dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt des 3IA (Instituts Interdisciplinaires d’intelligence artificielle » lancé par le gouvernement français visant à soutenir et développer l’intelligence artificielle.

Le SMART Deal, axe majeur de la politique du Département des Alpes-Maritimes
Depuis 2018, le SMART Deal est un plan de transition numérique porté par le Département des Alpes-Maritimes sur l’ensemble du territoire. Son objectif vise la réalisation de projets qui permettront, au travers du numérique, de répondre à une double ambition :

  • apporter un meilleur service aux usagers grâce à l’amélioration de la performance et la modernisation de l’administration départementale ;
  • répondre aux enjeux du territoire pour améliorer la qualité de vie des habitants.

Ainsi, alors que le Département des Alpes-Maritimes souhaite créer avec ses partenaires la Maison de l’Intelligence Artificielle à Sophia Antipolis, ce déplacement et ce nouveau partenariat permettront de nous inspirer du Canada, référence mondiale en recherche et développement de l’intelligence artificielle, pour créer un écosystème dans lequel toutes les parties engagées travailleront à l’unisson vers un but commun : la Cité de l’Intelligence Artificielle en France.

Sophie D’Amours, Rectrice de l’Université Laval :

« C’est pour moi important de signer ce partenariat entre nos entités respectives, d’autant plus lorsque l’on connait les valeurs que vous portez, afin de voir comment nous pouvons inventer l’Intelligence Artificielle (I.A) 2.0 et réfléchir à ses usages mais aussi sur la manière dont on peut créer de la richesse et la partager dans une perspective éthique et sociale. L’I.A va changer le monde, elle va redéfinir nos modes de vie : elle sera créatrice de valeurs et modifiera complètement l’emploi, l’économie, la finance dans notre société. Il nous faut donc unir nos forces aujourd’hui. Je vois également un autre grand défi : il nous faut engager plus largement les membres de nos communautés notamment les femmes dans ce grand développement. »

Jean-Marc Gambaudo, Président d’Université Côte d’Azur (UCA) :

« Notre histoire d’amour a commencé en 2015 quand UCA tentait d’être reconnue comme l’une des universités les plus importantes en France. Nous avons pris l’Université Laval comme exemple car nous étions convaincus de ce qu’elle faisait, en particulier sur les formations, notamment à distance. Les liens se sont tissés entre nous au travers de plusieurs chaires communes, particulièrement axées sur la santé. Néanmoins, il ne suffit pas d’avoir une vision universitaire car nous sommes tous concernés et c’est pourquoi nous nous sommes associés dans le Département des Alpes-Maritimes et la CASA : cette démarche est unique en France, c’est un travail horizontal entre les différents acteurs. »

Jean-Pierre Mascarelli, Vice-président de la Communauté d’Agglomération Sophia-Antipolis :

« La CASA vit autour et vit de Sophia-Antipolis qui est l’une des plus importantes technopoles d’Europe. Sa progression peut être enviée ailleurs car elle regroupe 2 500 entreprises, 38 000 emplois, avec plus de 1 000 emplois supplémentaires créés chaque année. Son chiffre d’affaires est supérieur à celui du tourisme sur la Côte d’Azur. J’étais venu il y a 22 ans à l’Université Laval pour signer un accord mais c’était très différent d’aujourd’hui car, à l’époque, il s’agissait plutôt d’un constat d’intérêt commun. Aujourd’hui, nous sommes une délégation très fusionnelle, nous mettons en commun ce que nous savons faire, nos forces, notamment en IA, et la CASA que je représente, ainsi que son Président Jean Leonetti, est très heureuse d’être ici à Laval pour signer cet engagement pour l’avenir. »

Charles Ange Ginésy, Président du Département des Alpes-Maritimes :

« Je suis très heureux d’être ici en représentant le Département des Alpes-Maritimes. Élu de territoire, j’ai surtout une passion qui m’anime et que je découvre chaque jour : le numérique et l’intelligence artificielle. Je n’imaginais pas à l’époque que nous serions en 2018, plus de 4 milliards d’internautes dans le monde, et plus de 5 milliards d’utilisateurs de téléphones portables et smartphones. Aujourd’hui, l’Intelligence Artificielle est en train d’arriver. Elle va constituer l’un des plus grands défis du 21ème siècle. L’Intelligence Artificielle peut transcender le monde au travers de différents sujets, notamment la santé : certains prédisent la fin du cancer ou « la mort de la mort »… C’est pourquoi les Alpes-Maritimes ont voulu et réussi à faire en sorte que les forces vives du Département travaillent en commun sur l’Intelligence Artificielle pour mieux la comprendre et sensibiliser les citoyens. Nous avons pour projet la création d’une Maison de l’Intelligence Artificielle à Sophia Antipolis. Enfin, je suis convaincu qu’il faudra veiller à l’éthique dans cette nouvelle technologie et que nous devons mettre l’humain au cœur de nos réflexions. C’est ce que vous avez fait ici, avec la déclaration de Montréal pour développer une Intelligence Artificielle responsable, dont les principes nous tiennent aussi à cœur. »